1erréseau d'Autostop organisé

Espace utilisateur

Je suis utilisateur

Je m'informe sur le Rezo

Je suis une collectivité

J'adhère au Rezo

Je suis un média

Je parle du Rezo

Pour une expérience d’autostop 100% réussie

Rezo Pouce vous donne quelques conseils pour pratiquer un autostop en toute confiance, plus confortable et convivial.

A (re)lire sans modération !

N°1 : Adopter la Stop Attitude

Photo de Anick-Marie Bouchard
  • Placez-vous à un arrêt sur le pouce
  • Utilisez une fiche destination
  • Adoptez une posture et une tenue avenantes
  • Souriez et regardez les conducteurs qui passent

Inutile d’en faire trop, ayez l’air sympathique et naturel, comme d’habitude   .

Gardez à l’esprit que 8 conducteurs sur 10 sont prêts à vous prendre.

N°2 : Je peux utiliser l’application

Photo de Anick-Marie Bouchard

L’application Rezo Pouce sert à gagner du temps sur l’autostop.

AVEC : En l’utilisant, un coup d’œil suffit pour visualiser les autostoppeurs ou conducteurs solidaires qui sont autour de vous !

Gratuite, pratique et ergonomique, n’hésitez pas à essayer l’autostop connecté 2.0 pour aller plus loin dans l’expérience Rezo Pouce. En plus, avec l’appli, on peut calculer l’économie en CO2 réalisée grâce à l’autostop. Utiliser l’appli nous permet d’évaluer le temps d’attente moyen et le nombre d’utilisateurs de Rezo Pouce, pour constamment améliorer nos services.

Plus d’informations ici.

SANS : L’autostop en mode « Vintage » ? Rezo Pouce ça fonctionne aussi dans le monde réel. L’application n’est qu’un plus pour favoriser les interactions entre utilisateurs, mais avec la Stop Attitude, ça marche.

N°3 : J’utilise les outils de Rezo Pouce

Photo de Anick-Marie Bouchard

Pour un stop en toute confiance, il suffit d’utiliser les outils que Rezo Pouce met à votre disposition lors de l’inscription.

Par exemple, les conducteurs du Rezo sont reconnus au macaron qu’ils peuvent placer à leur pare-brise côté passager.

Les autostoppeurs comme les conducteurs peuvent être identifiés à leur carte membre (qui contient leur nom et leur photo), délivrée après vérification de leur CNI.

N°4 : Je décide seul de mon chemin

Photo de Anick-Marie Bouchard

Il arrive de ne pas être à l’aise avec quelqu’un, conducteur ou passager. Gardez à l’esprit que vous décidez seul d’avec qui vous montez, et il n’y a aucune obligation.

Par exemple, si je suis une femme, je peux décider de ne monter qu’avec une conductrice.

En tant que passager, si je ne me sens pas à l’aise, je n’hésite pas à demander au conducteur de s’arrêter plus tôt que prévu.

N°5 : J’évite l’autostop la nuit

Photo de Anick-Marie Bouchard

Il faut se l’avouer, le stop de nuit c’est moins évident, à moins d’avoir un bonnet gyrophare.

En réalité, ce n’est pas facile de voir un autostoppeur de nuit, donc la mise en relation est plus difficile. Les conducteurs sont moins enclin à s’arrêter.

Si vous êtes sur le bord de la route à la nuit tombée, restez visible. Trouvez un endroit éclairé, ou une station-service dans l’idéal, pour que les conducteurs vous voient de loin.

N°6 : Je suis ouvert et aimable

Photo de Anick-Marie Bouchard

Le fort de l’autostop, c’est de créer du lien. On a la chance de pouvoir s’intéresser aux autres, échanger, partager… L’autostop c’est l’occasion de rencontrer et de profiter d’une autre expérience. En plus c’est la meilleure façon de se créer des opportunité.

Dans 95% des cas, l’autostoppeur comme le conducteur attendent un peu de conversation.

En tant que passager, votre amabilité et votre intéressement sont souvent la meilleure des gratifications pour le conducteur.